internet libertinDans le milieu libertin, on dit volontiers que les Allemands sont plus trash que leurs homologues européens. Une légende, pourtant vérifiée par deux sites d’amatrices coquines. Car avec Marion et Nicole, le sexe libre n’ a jamais été aussi osé, voire carrément trash.

un article de Selena Krystel

Dans le milieu libertin français, on considère que les mots « bukkake », « gangbang », « dogging », « uro » ou encore « sadomaso » relèvent d’une forme assez trash de sexualité. A vrai dire, pour avoir fréquenté quelques couples échangistes allemands, c’est tout aussi vrai de l’autre côté du Rhin.

dogging trash

avec Marion, le dogging libertin se pratique dans sa version la plus trash

Mais deux libertines allemandes, qui tiennent leur propre blog de sexe, tendent à prouver que, définitivement, le libertinage à l’allemande est plus trash que son homologue hexagonal. Attachez vos ceintures, je vous emmène dans l’univers du sexe hard par Marion et Nicole.

Marion, le dogging trash

La première de ces deux amatrices se prénomme Marion, alias The Cumdrinking Wife (la femme buveuse de sperme). Vous l’aurez compris, on ne fait pas ici dans la délicatesse. Les spécialités de Marion ? Le gangbang, bien entendu, mais aussi le bukkake. Avec une prédilection pour le sexe dans des endroits plus ou moins incongrus.


Car Marion est une fan de dogging. Ces lieux de sexe préférés sont la plage, le cinéma porno… Et comme elle est aussi une grande amatrice de sperme, elle ne se protège pas. Bon, on a beau être tolérant et ouvert vis-à-vis du sexe trash, on rappellera quand même que seule la capote permet d’éviter de gros risques pour sa santé.

Nicole, du sexe trash à l’uro

Quand on ouvre le site de la copine de Marion, j’ai nommé Nicole, on pense être revenu à quelques chose d’un peu moins radical. Que nenni ! Les deux copines trash partagent presque les mêmes passions, au niveau sexe. Et si Nicole adore aussi le dogging et la pluralité masculine, son goût pour le sperme n’est qu’une anecdote.


Car Nicole, elle, pratique régulièrement l’uro. Et, à en voir ses vidéos, ce n’est pas seulement par plaisir de l’escalade dans le hardcore. Non, la dame adore se faire faire pipi dessus. On ne juge pas, mais on n’en pas pense pas moins…