Si vous débutez dans le libertinage, voilà deux termes auxquels vous allez être rapidement confrontés : mélangisme et échangisme. Etes-vous échangistes, êtes-vous mélangistes ? Encore faudrait-il s’entendre sur ce que recoupent ces deux notions. Eclairage.

par Selena Krystelillustrations : Momma

Votre première sortie en club. Le couple, à l’autre bout de la piste de danse, vous plait bien. Vous vous retournez vers votre moitié, vous êtes d’accord. Et, pas de doute, l’autre couple semble s’intéresser à vous également. Vous vous levez, entamez quelques pas de danse avec votre moitié. L’autre couple fait de même, et s’approche de vous, vous frôle, vous colle. Très vite, vous échangez les partenaires de danse.

échangisme et mélangisme - pénétration hors-couple

>>> les couples mélangistes ne s’interdisent rien en libertinage, sauf la pénétration hors-couple

Mais non, la danse, ce n’est pas votre truc. Tous les quatre partez en direction des coins-câlins. Ils ont compris que vous étiez débutants et vous attirent vers une pièce fermée. Mais, juste avant d’y pénétrer, la question tombe : « vous êtes mélangistes ou échangistes ? ». Vous vous retournez à nouveau vers votre moitié. Jamais vous n’aviez entendu ce terme.

Qu’est-ce que le mélangisme ?

Disons les choses clairement : il n’existe aucune définition claire – et surtout définitive – du mot mélangisme. Tout juste s’accorde-t-on à dire que les couples mélangistes ont des pratiques plus soft que les couples échangistes en matière de libertinage.

Mais tout de même. Il existe une définition plus communément admise, à travers toutes les régions et galaxies libertines de France, de la pratique mélangiste. Et elle tient dans la différence entre mélangisme et échangisme : la pénétration hors couple. Si, dans un couple échangiste, chacun des deux partenaires fait bien ce qu’il veut, à condition de ne pas oublier la capote, avec son (ou ses) autre(s) partenaire(s) d’un soir, dans un couple mélangiste, on s’interdit la pénétration, le coït, avec les autres.

Chez les mélangistes, on pratique tout – cunni, pipes, caresses en tout genre… – sauf la pénétration vaginale (et a fortiori anale). Vous trouverez bien, ici ou là, certains couples qui ont une autre définition du terme, qui font une autre distinction entre les mélangistes et les échangistes, mais cette définition là est, de très loin, la plus communément admise. Le couple mélangiste n’est rien d’autre qu’un couple échangiste qui – pour tout un tas de raisons – s’interdit la pratique de la pénétration hors-couple.

Mélangisme et échangisme sont sur un bateau

Il fut un temps pas si lointain où mélangistes et échangistes ne pouvaient pas se voir en peinture. Les mélangistes accusaient les échangistes de manquer de sensualité et d’imagination, les prenaient pour des queutards incapables d’envisager le libertinage autrement que comme du porno amateur. Les échangistes prenaient les mélangistes pour des sous-libertins, des indécis, incapables de se lancer vraiment dans l’échangisme.

couples mélangistes et couples échangistes

>>> la guéguerre entre couples mélangistes et échangistes est en passe de prendre fin

Mais, entre échangisme et mélangisme, les rapports s’améliorent petit à petit. D’abord, parce que les couples mélangistes sont en passe de devenir majoritaires. Peur des IST, besoin de poser des limites à son propre libertinage, ou envie d’un sexe plus ludique, les raisons en sont nombreuses.

Du coup, les plus convaincus des couples échangistes se sont sans doute fait une raison. Certains ont accepté de jouer un peu avec des mélangistes, et y ont sans doute trouvé leur compte. Ils ont sans doute vu aussi que, pour beaucoup, le mélangisme était une étape, une sorte d’initiation en douceur à l’échangisme pur et dur.

Quoi qu’il en soit, mélangisme et échangisme semblent bien en passe de se réconcilier, et c’est tant mieux.