reportages milieu libertinContactés par un jeune couple, de 25 ans chacun, désireux de se lancer dans le libertinage, nous leur avons demandé de nous raconter leurs débuts dans l’univers échangiste. Aujourd’hui, ils nous racontent leur première fois, la première sortie en club échangiste.

dépucelage libertin par Laura & Julienillustrations : Indécentes Libertines

Pour commencer : des présentations. Je suis Laura, j’ai 25 ans, je suis étudiante en philo et je vis en banlieue parisienne. Lui, c’est Julien, mon mec, 25 ans également, il est prof de maths, également en région parisienne. Nous sommes ensemble depuis trois ans, toujours très amoureux et très coquins. il y a quelques mois, nous est venue l’idée de vivre une première expérience libertine. Ne sachant comment nous y prendre, nous sommes tombés sur ce site.

Nous avons demandé encore plus de conseils à Selena qui, après nous avoir répondu, nous a proposé de raconter par le menu nos débuts dans le libertinage. C’est donc au jour le jour que nous allons tenté de vous raconter tout cela, ne sachant pas très bien si cela va nous plaire. Premier épisode, qui date de ce week-end, notre première fois en club échangiste.

C’est quoi un club échangiste ?

D’abord, suivre les conseils de la doctoresse ès libertinage, Selena. Choisir un club à la bonne réputation, si possible pour une soirée mixte, mais avec la possibilité de s’isoler entre couples. Notre choix se porte sur un établissement du nord parisien, que les habitués reconnaitront sans doute. il est ouvert aux femmes, aux hommes et aux couples, mais dispose de plusieurs salles uniquement réservées aux couples et femmes seules. Ne pas arriver trop tôt (pour ne pas se cogner le nez contre la porte), ni trop tard (pour pouvoir visiter les lieux à notre aise). Choisir une tenue coquine, mais pas trop pour rester à notre aise.

Nous voilà partis, un peu stressés à la perspective de cette toute première fois. Il faut vous dire à ce stade que notre expérience en matière de libertinage est nulle. Zéro pointé. Nous arrivons donc au club. Une dame charmante nous accueille, nous demande si c’est notre première fois (ça doit être écrit sur notre front). Sur la piste de danse, personne, juste quelques couples attablés à proximité, et quelques hommes seuls, debout, qui tiennent les murs.

Comme prévu, on part en exploration. Essayons de comprendre les moindres recoins du club. Le long des couloirs, de petites alcôves où s’isoler, à deux, trois, ou quatre, pas plus. L’un de ces couloirs nous amènent jusqu’à une pièce ouverte, avec de grands lits. On poursuit, jusqu’à une pièce où sont diffusés des films de cul, comme dans un cinéma porno. Plus loin encore, en poursuivant la boucle qui nous ramène vers la piste de danse, une porte ouverte que tient un vigile et un écriteau « pas d’hommes seuls ». Nous entrons. Là, un dédale de coins en tout genre, d’inspiration rococo ou sadomaso, il y a un peu de tout.

En une vingtaine de minutes, nous pensons avoir fait le tour des installations. Retour à la partie discothèque et il y a du monde. Des dizaines de couples s’agitent frénétiquement sur la piste, d’autres se sont retrouvés à des tables et boivent un verre. Ils semblent déjà se connaître. Un mouvement de foule nous conduit jusqu’à une pièce que nous avions ignorée lors de notre visite. Là, des libertines et leurs hommes respectifs se retrouvent derrière des barreaux et allument leur monde.

Ça pelote, ça suce, ça s’embrasse, ça se drague un peu trop « agressivement » pour nous. On sort. Direction le coin-câlin réservé aux couples.

Première fois… mélangiste

Là aussi, dans le secteur réservé aux couples, on se bouscule. Nous nous dirigeons vers le fond, non sans jeter un coup d’œil aux scènes de sexe en groupe plus ou moins soft qui se jouent ici. Pour des débutants, le fait de voir ce genre de plans en direct est très bizarre : on est à la fois décontenancés par ces gens qui coquinent sans aucune pudeur devant tout le monde, et on est aussi surpris de ne pas l’être plus que ça. Il y a là une forme de normalité, propre à cet endroit.

Au fond d’une pièce, deux couples, debout, se caressent et se pelotent. Une petite meuf gironde, très brune avec celui dont on se dit qu’il est son mec, un grand blond qui la couve du regard. Une autre nana, de taille moyenne, légèrement plus âgée (elle doit avoir 35 ou 40 ans) et un type brun du même âge. Nous nous approchons, et les messieurs nous font signe de nous joindre au quatuor. Les femmes ont les seins à l’air, et branlent les gars qui ont sortis leurs pénis de leurs braguettes.

S’en suit un moment très sensuel, plein de caresses, certes très poussées, mais au final assez douces. D’autres couples nous rejoignent, créant un méli-mélo de corps tendus vers le plaisir. Au bout d’un moment (près d’une heure, je pense), je veux passer à autre chose. On s’extirpe de la mêlée et on sort du coin pour couples.

Nous passons devant les grands lits de la pièce commune. Là, une femme de la quarantaine est allongée, totalement nue et les yeux bandés. Son homme l’offre à qui veut la baiser. Il contrôle la présence de capotes chez de jeunes prétendants – blacks, blancs, beurs – qui doivent rester très doux avec la « proie ». De notre côté, on se décide à caresser la poitrine généreuse de la dame. Son mari est tout sourire et met juste un doigt devant sa bouche pour nous faire signe de garder le silence. Madame est au bord de l’extase.

Nous continuons notre petit tour. Dans le couloir, nous tombons sur un jeune couple, manifestement d’origine antillaise, qui se met à nous draguer ouvertement. Quelques mots, et nous voilà attirés dans une toute petite alcôve où l’on se tient couchés ou assis. Ils nous expliquent qu’ils sont mélangistes, qu’ils aiment le sexe entre couples uniquement.

Nous avons coquiné avec eux presque jusqu’au bout de la nuit, le monsieur black se chargeant d’éconduire -plutôt gentiment – celles et ceux qui tentent de nous rejoindre. Une expérience très excitante, mais un tantinet frustrante, de notre point de vue, par rapport à la pénétration.

Bilan des opérations : cette première fois nous a beaucoup plu. De là à dire que nous sommes devenus libertins, ce serait trop, mais nous ne doutons pas d’aller plus loin la prochaine fois. Time will tell…

Vidéo du club échangiste en question

Pour celles et ceux qui n’auraient pas encore reconnu le club échangiste dont il est question ici, une vidéo XXX d’une autre première fois.