reportages milieu libertinAprès une petite pause, Laura a voulu connaître les joies de la pluralité masculine. Direction un club libertin parisien, qui organisait une soirée gangbang pour nous faire une idée. Et pourquoi pas pour essayer, après tout ?

expérience vécue par Laura & Julienillustrations : Indécentes Libertines

Dans un couple libertin, on parle. Et nous, nous parlons beaucoup. De nos expériences, de notre ressenti, mais aussi, et bien sûr, de nos fantasmes. Aussi, je me suis ouverte à Julien d’une idée qui, depuis nos débuts dans le libertinage, me chatouille un peu le clitoris. J’ai nommé, le gangbang.

soirée gangbang

nous voilà donc partis pour notre première soirée gangbang en club libertin

D’abord surpris par mon fantasme, mon chéri me demande si je n’ai pas un peu peur de vivre une expérience comme celle-ci. Bien sûr que ça me stresse un peu, mais j’aimerais bien voir ce que ça fait d’être le centre de toutes les attentions et surtout, j’aimerais essayer la double-pénétration. Ni une, ni deux, nous profitons de nos vacances de décembre pour filer dans un club libertin qui organise une soirée gangbang.

Début de soirée dans un club libertin parisien

Nous arrivons toujours tôt dans un nouveau club que nous ne connaissons pas encore. pour visiter les lieux, prendre le pouls du club, en somme. Au fur et à mesure, arrivent les couples, quelques femmes seules et surtout beaucoup d’hommes. Je dis beaucoup, parce que la règle de cet établissement est d’accueillir trois hommes seuls, et pas un de plus, lors d’une soirée gangbang, à chaque fois qu’un couple ou une femme entre. Soit le club triche un peu (les hommes seuls payent 90 euros), soit 3 hommes pour 1 femme, ça fait beaucoup !

Bref. Soirée gangbang ou pas, tout se passe un peu comme d’habitude. Les choses ont un peu de mal à démarrer. Il est déjà presque minuit quand une femme assez ronde, la quarantaine, peut-être même la cinquantaine, se lève, suivie de son mari, et de 5 ou 6 mecs de tous âges. Le petit groupe file vers les alcôves.

Nous attendons un peu puis nous nous levons à notre tour pour aller assister au spectacle. Plusieurs couples, mais surtout beaucoup d’hommes seuls ont fait comme nous. Pas facile de voir. Ce qu’on aperçoit, c’est un vrai gangbang, comme on en voit dans les vidéos pornos amatrices. Monsieur surveille, madame baise avec tous les hommes.

Personnellement, ça m’excite un peu. Julien, pas trop. Mais, pendant qu’on discute à voix basse, d’autres gars se rapprochent de nous. Certains essaient de me peloter un peu. Je les repousse. Dans un premier temps. Un charmant jeune homme, à peine moins âgé que moi, me caresse l’épaule. Je le laisse faire, en faisant signe à Julien que je maîtrise. Puis, c’est un autre, lui aussi mignon et jeune, qui me fait du gringue. Julien semble prêt, on va se trouver un coin-câlin pour tous les quatre.

Mon premier mini gangbang

Nous voici donc tous les quatre dans une alcôve assez petite, dont une vitre donne directement sur le couloir. Je vois des mecs qui se précipitent pour nous regarder et ça m’excite plutôt. D’abord, je suce Julien, puis Mourad, puis Damien (je ne connais pas encore les prénoms, je les saurai par la suite). Je dois bien avouer que je suis trempée, surtout que les gars me déshabillent au fur et à mesure de mes pipes, avec délicatesse et sensualité.

Excitée, certes, mais un peu stressée, tout de même. Je fais savoir à chacun que c’est ma première fois. Dans le même temps, je me dis qu’un plan avec trois hommes, c’est une bonne manière de débuter dans le gangbang. Cette simple idée me rassure.

gangbang club libertin

l’idée de ce mini gangbang me rassure un peu

Nous voilà donc tous nus. C’est marrant de voir comme, quand plusieurs hommes sont en train de partouzer dans la même pièce (avec une ou plusieurs femmes), ils deviennent endurants. Notre partie de jambes en l’air va durer des heures. Au départ, Mourad me lèche pendant que je suce les deux autres. Puis il me prend en missionnaire. Ensuite, c’est au tour de Damien de me pénétrer en levrette, pendant que je suce Mourad et que Julien regarde.

Ça n’en finit pas. Et je prends mon pied. Je n’ai pas vraiment d’orgasmes, mais c’est vraiment très bon. Les gars s’appliquent à me faire du bien, et ils y arrivent vraiment. Mais il me manque un petit quelque chose : réaliser la totalité de mon fantasme.

Ma première double-pénétration

J’ai bien fait de tenter l’aventure de la soirée gangbang. Ce que je vis est érotique, intense, hyper-sexuel ! Mais j’en veux plus. Je demande à mon chéri de me préparer pour la sodomie. Depuis quelques temps, je suis très en demande, dans notre vie de couple, de pénétration anale. Moi qui n’aimais pas ça il y a encore deux ans…

Et Julien, maintenant sait y faire. Je vous passe les détails, mais je suis prête. Au grand étonnement de Julien, je lui demande de s’allonger sur la couche. Ça y est, il a compris. Il me tend sa bite et je peux m’assoir, centimètre par centimètre, sur elle. Là, j’attends un peu que mon anus s’habitue et je fais signe à Mourad que je suis prête à la double-pénétration (sans vouloir le vexer, il est le moins bien monté des deux et j’ai quand même un peu peur).

Un peu hésitant, le beau rebeu s’approche, la bite encapotée. Je respire un grand coup. Il me pénètre presque d’un coup, sans violence, mais sans hésitations non plus. La vache ! J’ai un peu la sur le coup, je sens la bite de mon chéri dans mon cul qui se trouve toute serrée. Mais la douleur passe vite.

Je fais signe à Mourad d’y aller doucement. Il commence de petits mouvements de va-et-vient. Je sens la chaleur monter. Oh que c’est bon. Je me sens remplie, je ressens quelque d’une plénitude sexuelle extraordinaire. Derrière moi, Julien grogne. Apparemment, la bite de de Mourad branle la sienne. C’est vraiment fantastique comme sensation !

Damien, resté un peu en retrait, s’approche. Je le prends en bouche et je jouis immédiatement. Je me tortille comme une folle, me racontera plus tard Julien, qui jouit lui aussi instantanément. Puis c’est au tour de Damien et enfin de Mourad. La double-pénétration (triple en fait, avec ma bouche) n’a duré que quelques minutes, peut-être même quelques secondes, mais elle a eu raison de nous quatre…

On se rhabille. Les mecs ont l’élégance de ne pas filer à l’anglaise, sans toutefois se montrer relou. On débriefe un peu tous les quatre, puis tous les deux avec Julien. C’était vraiment excellent. Et j’ai envie de recommencer. Enfin, de recommencer dans quelques mois sans doute, car c’était quand même très intense.